Bâtiment,
Formation

Accueil > Nos Entrepreneurs > Les Ateliers Vauban

LES ATELIERS VAUBAN

Formateur aux métiers du bâtiment
Maxime BALDY

 

Formation professionnelle
AFEST
Charpente, couverture, zinguerie, éco construction
Chantiers pédagogiques

L’ambition des Ateliers Vauban est d’offrir une gamme de formations professionnelles
portant sur les compétences et sur les métiers constitutifs de la toiture, appréhendée comme un
ensemble particulier dans le secteur du bâtiment.
Prônant la formation aux savoirs-faire durables d’une main d’oeuvre ouvrière hautement qualifiée,
la recherche de l’excellence dans la réalisation des tâches professionnelles porte les Ateliers Vauban
à mettre en avant les techniques éprouvées du bâti ancien et les pratiques inspirées des gestes
traditionnels dans l’acte de bâtir. Faire des femmes et des hommes au travail dans le bâtiment des
ouvriers et ouvrières pleinement conscient de leurs capacités à transformer les matériaux bruts en
patrimoine, c’est rendre la chose construite durable. Par ce biais, les Ateliers Vauban ont la
prétention de croire qu’ils ont un message à adresser à l’éco-construction, celui de regarder dans
l’histoire les traces laissées par les bâtisseurs comme autan de témoignages de leurs compétences
créatrices de la richesse architecturale du patrimoine bâti français. Les Ateliers Vauban n’ont pas
pour vocation de cultiver des compétences désuètes comme s’il s’agissait de les faire survivre sur
des chantiers musées. Ils ont au contraire comme ligne de mire le concept novateur de la rétroinnovation
et de l’ingénierie des low-tech.
Dans un monde aux ressources se raréfiant, dans une économie qui malgré les pronostiques est en
contraction depuis près de quarante ans, à l’heure où l’urgence climatique nous presse de trouver
d’autres solutions pour construire, dans ces temps pandémiques où les entreprises doivent
impérativement se démarquer pour survivre, les Ateliers Vauban estiment que les compétences
ouvrières dans le secteur du bâtiment doivent tendre vers l’excellence et que chaque acteur de ce
secteur doit avoir à la conscience sa propre responsabilité et son autonomie au seins des
interconnexions systémiques avec les autres corps d’état.
La toiture est à ce sujet emblématique. Elle demeure le plan incliné sur lequel se croisent de
nombreux métiers en s’ignorant. Oubliée face vers le ciel, ignorée du monde parce que trop loin des
yeux peut-être, la toiture est trop souvent l’objet de sinistres, de mal façons et d’insuffisances tant
énergétiques que techniques. La concevoir comme un écosystème quasi autonome juste au-dessus
des sablières, voilà bien le projet phare des Ateliers Vauban.

 

Objectif premier : la toiture
L’OF a pour objectif principal de former des apprenants aux métiers de la toiture. La particularité de
l’approche pédagogique des Ateliers Vauban consiste dans une prise en compte de la globalité
systémique de l’élément toiture dans le bâtiment.
Construite de fait traditionnellement par des règles de l’art aussi différentes que celles de la
charpente et de la couverture, la toiture supporte les adjonctions d’autres ouvrages, comme les
menuiseries (les velux et les lucarnes), l’isolation, en combles perdus ou en rampants, la plomberie,
l’électricité et leur ensemble de techniques pour le confort des habitants.
Concevoir la toiture comme un écosystème constitué de l’action de ces nombreux corps d’états,
c’est avant tout assurer sa durabilité dans son rôle fondamental : la protection de l’être humain
contre les intempéries, au premier rang desquelles, les précipitations. C’est aussi assurer sa
durabilité structurelle mais également garantir son efficacité thermique et phonique dans la mesure
où la toiture est un des postes principaux du gros oeuvre où peuvent avoir lieu les déperditions
thermiques les plus importantes.
Former les charpentiers, les couvreurs mais aussi les maçons, électriciens et plombiers et tous les
autres corps d’état intervenant sur ou à proximité de la toiture, c’est former des professionnels du
bâtiment conscients de leur interdisciplinarité sur ce plan incliné au chef du bâti : la toiture. C’est
aussi créer des passerelles d’inter-compétences entre ces métiers se pratiquant sur un même
domaine et favoriser par là-même une mobilité des salariés sur le marché de l’emploi constitué
autour de l’activité économique relevant de la toiture.

Objectif second : le patrimoine bâti
L’OF a pour second principal objectif de dispenser des formations professionnelles dédiées aux
métiers anciens du bâtiment dans le but de former des ouvriers qualifiés dans l’acte de
diagnostiquer, d’organiser et de réaliser des opérations de restauration du patrimoine bâti.
L’organisme de formation a donc pour vocation de favoriser le développement des compétences
professionnelles au service de la restauration du bâti ancien, étendu au sens le plus large du terme
allant des Monuments historique à la plus commune maison de village.
Les Ateliers Vauban, en remettant en avant la formation aux compétences traditionnelles, poursuit
l’objectif d’excellence dans l’acte de bâtir mais aussi et surtout, ils considèrent important de
permettre à chaque ouvrier de se vivre en faiseur d’un patrimoine qui normalement devrait lui
survivre. Ceci exprime la volonté de donner à celles et ceux qui construisent les bâtiments que la
société, continuellement, dans sont ensemble, utilise pour habiter, vivre, produire et se divertir, de
leur donner donc à eux la conscience de leur valeur et de leur responsabilité.

Objectif troisième : l’éco-construction
L’OF, dans la mesure où il dispense des formations portant sur des métiers anciens avec un geste
traditionnel compatible avec l’acte de restaurer, a aussi pour vocation de développer un certain
regard et discours rétro-innovant sur l’éco construction.
Les métiers du bâti ancien, ayant été grandement développés dans une monde pré industriel, ont un
rôle exemplaire à jouer dans la réflexion sur la décarbonation du secteur économique du bâtiment,
ceci dans la droite ligne des accords de Paris sur le climat signés en 2015. La durabilité du bâti
ancien n’est pas à prouver ainsi que ses qualités thermiques, techniques et environnementales. Le
développement de la culture de l’éco construction sera donc un dénominateur commun à toute la
communication de l’OF et sera aussi une constante dans toutes les formations dispensées. La
particularité de ce discours et des méthodes qui en découlent, tiendra dans le concept de rétro
innovation qui vise à puiser dans les compétences anciennes des compétences transférables à notre
modèle économique actuel mais répondant aux impératifs d’autonomie, de relocalisation, de
durabilité et de rentabilité d’aujourd’hui.

Objectif quatrième : création de nouveaux titres professionnels
L’OF, de par ses compétences internes en ingénierie pédagogique, se donne pour mission de
maintenir une veille permanente sur la réalité de l’activité de son secteur de spécialisation afin de
mettre en place des nouveaux référentiels métiers.

COORDONNÉES :

06 75 79 68 37
maximebaldy@gmail.com

Stagiaires